Vivre la guerre

Livethewar Gaelle Girbes001

Pour voir la galerie, cliquez ici

Dans la région du Donbass la guerre dure depuis 3 ans, avec son lot de victimes: victimes au combats, des soldats tombent tous les mois, mais la blessure qui se creusent est plus grande, plus profonde.
Les civils vivant sur la ligne de front vivent aussi les conséquences du conflit au quotidien, la survie, la perte des êtres proches, le manque de tout, vivre la guerre ce sont milles choses habituelle qui deviennent complexe et qui change à jamais un homme.
« Nous avions tellement de roses, et maintenant nous sommes juste une zone grise ». Anna et Nicolas vivent avec 4 autres familles dans un immeuble face situé face à la ligne de front. L’impact est visible sur les murs de leur demeure, mais aussi dans leurs vie quotidienne. Ils ne peuvent pas partir : « pour aller ou ? ». Sans ressources autres que leurs emploi et leurs logement tous deux situé sur le point chaud de ce conflit, ils sont condamnés comme de nombreux civils ukrainien à vivre la guerre. Ils espère la paix, la reconstruction de leurs habitations comme de leurs vie. Dans le Donbass, c’est toute une population civile, otage de cette situation, qui tente de survivre.
Mais la guerre voyage, elle voyage avec les hommes, avec les mémoires immédiates qui deviendront histoire, qui deviendront blessure.
En zone de paix , dans la ville de Lviv, les enfants dessine la guerre, les soldats et civils blessés tentent de réapprendre à marcher ou à parler, tentent de reprendre le cours d’une vie à jamais impactée par le conflit.
Que la guerre soit proche ou lointaine elle reste dans chaque personne qui l’a connue et vit en elle, avec elle. Ces blessures peu apparente sont les conséquence de tous conflit.
La guerre est souvent raconter par les vainqueurs et pourtant c’est dans la mémoire de toute un peuple qu’elles s’inscrit. . . à jamais, et influe sur le future d’une nation.

 

Live the war

In Donbass region the war lasts for 3 years, With all its victims: Victims in fights, soldiers fall every month, but the wound who get grow bigger, deeper.
The civilians living on the frontline also live the consequences of the conflict on a daily basis, the survival, the loss of the close relations, The lack of everything, to live the war it is miles things usual that become complex and which a man changes for ever. "We had so many roses, and now we are just a grey zone". Anna and Nicolas live with 4 other families in a building is situated face of the frontline. The impact is visible on the walls of their houses, but also in their everyday life. They cannot leave: « to go where? » Without resources other than their work and their house both was situated on the hot spot of this conflict, are condemned as numerous civilians Ukrainian to live the war.
They hopes the peace, the reconstruction of their houses as of their life. In Donbass, it is a whole civilian population, hostage of this situation, which tries to survive.
But the war travels, its travels with the human, with the immediate memoirs which will become history, which will become wound. In peace zone, in the city of Lviv, the children draw the war, the soldiers and the wounded civilians try to learn again to walk or to speak, Try to take the course of a life for ever impacted by the conflict. That the war is close or distant it stays in every person who knew it and lives in them, with them.
These wounds can visible are consequence of the conflict. The war often is to tell by the winners and nevertheless it is in the memory of all people that they write . . . for ever, and influencing the futur of all a nation.

Propulsé par PhotoDeck